Aller au contenu

Liens

Nous n’avons pas succombé à la tentation d’exporter tous les favoris de nos navigateurs, voici une simple liste des sites qui nous ont vraiment aidé dans la construction de notre projet :

Implantation

Une fois le territoire choisi pour nous établir bientôt, nous avons utilisé principalement des sites en open data pour croiser les informations concernant la recherche d’un terrain et l’analyse de ses caractéristiques :

Géoportail (geoportail.gouv.fr) pour les données parcellaires, les outils de mesures et la remontée dans le temps ; Géoportail de l’Urbanisme (geoportail-urbanisme.gouv.fr) avec des informations très utiles comme les zones constructibles, agricoles ou naturelles ; Wikipédia (fr.wikipedia.org) pour l’historique de la commune et son intercommunalité ; le Cadastre officiel (cadastre.gouv.fr) pour les données exactes des parcelles.

Pour tout ce qui concerne le sol et l’eau : FloodMaps (flood.firetree.net) et Surging Seas (seeing.climatecentral.org) pour vérifier l’impact de la montée des eaux près du littoral ; l’Observatoire de l’eau (cieau.com) pour connaître la qualité de l’eau distribuée ; Eau France (eaufrance.fr) le Service public d’information sur l’eau ; VigiCrues (vigicrues.gouv.fr) pour être vigilant sur les risques de débordements des cours d’eau ; BD Lisa (bdlisa.eaufrance.fr) le référentiel hydrogéologique français ; InfoTerre BRGM (infoterre.brgm.fr) et Georisques (georisques.gouv.fr) sur le sous-sol et les risques éventuels ; l’IRSN (mimausabdd.irsn.fr) pour localiser des sites en lien avec l’exploitation d’uranium ; Gissol (gissol.fr) avec ses cartographies multithématiques.

Aussi : l’Inventaire national du patrimoine naturel INPN (inpn.mnhn.fr) pour connaître les zones protégées et les espèces particulières autour d’un lieu.

Si vous envisagez de construire ou de rénover un bâti dans une démarche éco-responsable, alors il convient de s’attarder sur les pratiques vernaculaires de votre territoire. Pour ça, rien de tel que consulter Maisons paysannes de France (maisons-paysannes.org), l’association nationale de sauvegarde du patrimoine rural bâti et paysager. En parallèle, le magazine La maison écologique (lamaisonecologique.com) donne quantité de conseils.

Formation

Se former auprès de professionnels reconnus est primordial. Pour celles et ceux qui souhaitent se réorienter vers une vie et une activité tournée vers la nature (culture, protection, animation, botanique…), l’offre des « formations » et des « stages » est aujourd’hui énorme et on peut vite s’y perdre. Combien de cursus en « permaculture » facturés à prix d’or ? Notre conseil : se concentrer sur les bases, c-a-d comment fonctionne le sol, le végétal, qu’est-ce que des pratiques culturales durables, comment protéger la biodiversité, comment agrader un système… et surtout connaître son terroir. 

Nous avons suivi les formations (théoriques et/ou pratiques) proposées par ces acteurs et vous les recommandons : TelaBotanica (tela-botanica.org), LAMS (lams-21.com), Conservatoire Végétal Régional d’Aquitaine (conservatoirevegetal.com), Ver de terre production (verdeterreprod.fr), Arbres et Paysages 32 (arbrepaysage32.fr), Permabocage (permabocage.fr), Vieilles racines et jeunes pousses (vieilles-racines-et-jeunes-pousses.fr), Fun Mooc (fun-mooc.fr), UVED (uved.fr), Chemin de la nature (lechemindelanature.com)…

Si comme nous, vous souhaitez poursuivre au delà vers des enseignements plus professionnels, nous vous conseillons IFSA & Nature, une école de formation à distance spécialiste des métiers de la Nature, et l’École Supérieure d’Agricultures (ESA) basée à Angers (groupe-esa.com) qui dispense entre autre un enseignement à distance (avec un peu de présentiel et des stages à effectuer chez des professionnels), pour des diplômes allant du Baccalauréat à la Licence, en passant par le BPREA et le BTS, dans des secteurs divers tels que la viticulture, l’environnement, l’élevage, l’aménagement paysager ou l’horticulture. Nous en reparlerons plus en détail dans des articles dédiés.